Grandir, c’est comprendre que maman et papa sont aussi des ĂŞtres humains

Pour les plus petits, leurs parents sont comme des super-hĂ©ros, incapables de se tromper et possĂ©dant toutes les rĂ©ponses. L’admiration qu’ils leur portent les amène Ă  adopter les mĂŞmes attitudes et mĂŞme Ă  les imiter lors de leurs jeux. Cependant, lorsqu’ils grandissent, ils sont inĂ©vitablement confrontĂ©s Ă  la rĂ©alitĂ© que maman et papa sont aussi des ĂŞtres humains.

Ă€ l’approche de l’adolescence, cette vision idĂ©alisĂ©e des parents disparaĂ®t. Le besoin de construire sa propre identitĂ© se heurte souvent Ă  une forte opposition des parents. Nous devons donc ĂŞtre prĂ©parĂ©s et prĂ©parer nos enfants et nos jeunes au moment oĂą cette rĂ©vĂ©lation se produira.

ĂŠtes-vous le hĂ©ros ou l’hĂ©roĂŻne de vos enfants ?

Dès la naissance, les bébés ont besoin de leurs parents pour survivre. Sans eux, ils seraient incapables de satisfaire leurs besoins physiologiques et émotionnels les plus fondamentaux. Un peu plus tard, pendant les premières années de la vie, les parents deviennent les principaux points de référence des enfants.

C’est grâce Ă  eux que nous apprenons Ă  parler et Ă  nous comporter. Ils imitent et adoptent nombre de leurs attitudes et considèrent qu’ils possèdent toute la vĂ©ritĂ©. Pour un enfant, ses parents sont ces personnes qui savent toujours quoi faire et quoi dire. Ce sont eux vers qui vous pouvez vous tourner pour obtenir sagesse et rĂ©confort. Dans leur petit monde limitĂ©, ils semblent ĂŞtre des personnages tout-puissants.

Cette admiration est Ă©vidente dans la tendance des nourrissons Ă  prendre leurs parents comme modèles. Les enfants ne feront pas ce que vous leur dites, mais ce qu’ils vous voient faire. Il est donc très nĂ©cessaire d’ĂŞtre conscient de la façon dont nous agissons envers nos enfants. Bien qu’elles puissent sembler trop petites pour ĂŞtre remarquĂ©es, elles sont en rĂ©alitĂ© comme des Ă©ponges capables d’absorber tout ce qui vient de nous.

Un mythe qui s’effondre

Toutefois, cette situation est temporaire car tĂ´t ou tard, les enfants dĂ©couvriront que leurs parents ne sont pas parfaits. Ă€ l’approche de l’adolescence, le besoin de se diffĂ©rencier d’eux sera de plus en plus grand. Et plus les parents sont idĂ©alisĂ©s, plus le coup sera dur pour dĂ©couvrir qu’eux aussi sont humains et font des erreurs.

Donc, la meilleure chose que nous puissions faire pour nos enfants, pour nous-mĂŞmes et pour le lien est de nous montrer humains dès le dĂ©but. Il est tentant de se rĂ©jouir de l’admiration inconditionnelle que les enfants ont pour nous lorsqu’ils sont jeunes. Leur demander de nous pardonner, admettre qu’il y a des choses que nous ne savons pas et leur montrer que nous sommes vulnĂ©rables nous aussi, peut ĂŞtre difficile.

Cependant, c’est une position beaucoup plus saine car, Ă  long terme, ils finiront par dĂ©couvrir cette rĂ©alitĂ© par eux-mĂŞmes. Le sentiment d’avoir Ă©tĂ© trompĂ© sera plus grand si nous avons toujours essayĂ© de nous prĂ©senter devant leurs yeux comme des personnes infaillibles. Et ils peuvent par consĂ©quent ressentir un plus grand besoin de se rebeller contre notre autoritĂ© et de cesser de nous considĂ©rer en toute matière.Des parents embrassant leur enfant.

Papa et maman sont aussi des ĂŞtres humains

Donc, comment pouvons-nous faciliter la transition ? Leur montrer que maman et papa sont aussi humains dès le début.

  • Bien qu’il soit plus jeune, votre enfant n’aura pas toujours tort et vous n’aurez pas toujours raison. Essayer de le faire se sentir entendu, respectĂ© et pris en compte.
  • N’ayez pas peur de montrer vos Ă©motions Ă  vos enfants. Parfois, nous Ă©vitons que les petits nous voient tristes ou fâchĂ©s pour ne pas les inquiĂ©ter. Mais les Ă©motions font partie de la vie et nous, en tant qu’humains, nous les ressentons aussi. Si nous n’essayons pas de les cacher, nous normaliserons l’expression des sentiments et nous favoriserons leur gestion Ă©motionnelle.
  • Demandez Ă  vos enfants de vous pardonner lorsque vous avez fait une erreur. ReconnaĂ®tre que vous avez perdu votre sang-froid ou que vous avez fait quelque chose de mal est un geste très louable de votre part. Cela vous aidera Ă  comprendre que personne n’est parfait, que nous pouvons tous faire des erreurs, les reconnaĂ®tre et nous amĂ©liorer.
  • Si vous ne connaissez pas la rĂ©ponse Ă  une question de votre enfant, dites-le ouvertement. Il est plus bĂ©nĂ©fique de le reconnaĂ®tre et de chercher ensemble la rĂ©ponse que de rĂ©agir Ă  un Ă©vĂ©nement quelconque pour se mettre Ă  l’abri.

Il n’est pas nĂ©cessaire d’ĂŞtre parfait pour que votre enfant vous aime et vous admire. Il est beaucoup plus favorable pour lui d’avoir un modèle fort mais humain, capable de lui montrer ses faiblesses et comment les gĂ©rer. En vous montrant humain, vous amĂ©liorerez votre dĂ©veloppement personnel et vos liens.