La complexité du cancer pendant la grossesse

Le cancer est une terrible maladie qui peut nous toucher tous de la mĂŞme manière. Cependant, nous ne pouvons pas imaginer un scĂ©nario plus complexe que d’avoir un cancer pendant la grossesse. Une femme enceinte peut avoir de graves problèmes de santĂ©, qui doivent ĂŞtre traitĂ©s avec beaucoup de soin. Dans le cas d’une maladie qui nĂ©cessite tant de procĂ©dures et de traitements, la situation devient extrĂŞmement dĂ©licate.

De plus, non seulement la souffrance physique, mais aussi une complexitĂ© psychologique Ă©crasante. Faire face Ă  cette terrible situation mĂ©rite beaucoup de force de la part de toutes les parties concernĂ©es. Il faut beaucoup de soutien aux familles, car la question mĂ©dicale n’est pas tout, Ă©motionnellement il y a beaucoup de travail Ă  faire.

Les risques supplĂ©mentaires auxquels est confrontĂ©e une femme enceinte souffrant d’un cancer peuvent la remplir d’un stress profond. Les dĂ©cisions sont plus difficiles, la peur est sans fin et l’anxiĂ©tĂ© est au sommet. Dans ces cas, il est essentiel d’inculquer une attitude positive Ă  la patiente et Ă  ses proches, il est impĂ©ratif d’espĂ©rer que tout s’amĂ©liorera.

Cancer pendant la grossesse

Il est difficile d’imaginer deux autres nouvelles opposĂ©es, d’une part vous recevez un cadeau sans pareil en devenant mère, d’autre part vous risquez de mourir. Certaines personnes pensent que toute la force pour combattre cette maladie se trouve dans l’enfant Ă  naĂ®tre. Cependant, les caractĂ©ristiques Ă©motionnelles de la grossesse peuvent compliquer la situation. En outre, la peur de ne pas survivre pour notre enfant doit ĂŞtre un obstacle difficile Ă  surmonter.

Les spĂ©cialistes en psycho-oncologie estiment que tout dĂ©pendra de la façon dont chaque patient y fera face. Tous les gens ne sont pas pareils, c’est pourquoi, il peut y avoir une attitude plus positive chez certains que chez d’autres. Bien que la maladie puisse ĂŞtre similaire dans tous les cas, la façon dont nous la vivons est dĂ©terminante pour nos Ă©motions.

De mĂŞme, il y a des choses qui ne peuvent ĂŞtre Ă©vitĂ©es, par exemple la sensibilitĂ© Ă©motionnelle de la femme enceinte. Ce n’est pas forcĂ©ment quelque chose de mauvais, les Ă©motions de la mère peuvent ĂŞtre nĂ©gatives ou positives. Dans ces moments-lĂ , le soutien doit venir de toutes parts, il est essentiel dans la famille et aussi chez les mĂ©decins.

Une Ă©valuation psychologique et un traitement sont recommandĂ©s, en plus de la procĂ©dure dĂ©jĂ  connue pour attaquer la maladie. Divers facteurs influent sur le dĂ©veloppement de la maladie, de sorte que le nombre de dĂ©cisions prises Ă  son sujet augmente. Il n’existe pas de recommandation ou de prescription unique pour traiter cette question, de sorte que le pronostic et l’attitude du patient ont une grande influence.

Comment procéder en cas de cancer pendant la grossesse ?

2409e216f2e4ae4e78ec44c837d4dad0

En tant que tel, le cancer n’est pas une maladie standard. Il s’agit d’un groupe de maladies ayant des caractĂ©ristiques similaires. En fonction de l’endroit oĂą le cancer apparaĂ®t et de son stade de dĂ©veloppement, un mĂ©dicament et une procĂ©dure seront prĂ©vus d’attaquer.

D’autres facteurs d’influence sont l’âge de la patiente et la durĂ©e de la gestation. Les principaux traitements, qui sont la chimio et la radiothĂ©rapie ou la chirurgie, peuvent ĂŞtre risquĂ©s pour la grossesse, mais cela dĂ©pend de nombreux facteurs.

Comme nous le savons, les chances de survivre au cancer dĂ©pendent du moment oĂą il a Ă©tĂ© diagnostiquĂ©. Bien que cette maladie soit toujours associĂ©e Ă  un danger de mort Ă©vident, un grand nombre de patients rĂ©ussissent Ă  la surmonter. Les progrès de la mĂ©decine ont amĂ©liorĂ© l’espĂ©rance de vie de nombreux patients. Cependant, en cas de grossesse, la vie et la santĂ© de la mère et du fĹ“tus sont menacĂ©es.

Le psychologue et oncologue Damián EnrĂ­quez, spĂ©cialiste Ă  l’UniversitĂ© du Pacifique, affirme que tous les patients atteints de cancer devraient avant tout Ă©valuer leur qualitĂ© de vie. EnrĂ­quez soutient que il est difficile de dĂ©cider de l’avenir de la grossesse ; une femme peut accepter de l’interrompre face Ă  son diagnostic. Il conseille toutefois d’essayer de prĂ©server la vie du bĂ©bĂ©, mais dit qu’il soutient toute dĂ©cision.

Une femme pourrait ne pas ĂŞtre prĂŞte Ă  gĂ©rer cette situation compliquĂ©e, alors elle ferait passer sa santĂ© en premier. NĂ©anmoins, Selon les convictions de chacun, il est possible de se battre pour que les deux soient favorisĂ©s. Dans tous les cas, le psychologue exprime sa volontĂ© d’aider la mère de manière professionnelle, quelle que soit la dĂ©cision qu’elle prend.