PECS : un système de communication pour l’échange d’images

L’acronyme PECS signifie Système de communication pour l’échange d’images. Il s’agit d’un système de communication par échange d’images créé, en 1985, par le psychologue Andrew Bondy et l’orthophoniste Lori Frost dans le but de servir de support pour initier et favoriser la communication des personnes qui ont des problèmes dans ce domaine.

Il était à l’origine destiné aux enfants et aux adultes atteints de troubles du spectre autistique. Bien qu’à ce jour, il soit utilisé avec toute personne présentant des difficultés de communication et de langage oral.

PECS : un système de communication pour l’échange d’images

Selon le psychologue Javier Tamarit, un système de communication alternatif et augmentatif est

« Instrument d’orthophonie et d’intervention éducative destiné aux personnes souffrant de divers troubles de la communication et/ou du langage, et dont l’objectif est l’enseignement, au moyen de procédures pédagogiques spécifiques, d’un ensemble structuré de codes non vocaux. Ces codes, par les mêmes procédures d’instruction spécifiques, permettent des fonctions de représentation et servent à réaliser des actes de communication (fonctionnels, spontanés et généralisables) par eux-mêmes, ou en conjonction avec des codes vocaux, ou comme support partiel de ceux-ci ou en conjonction avec d’autres codes non vocaux ».

-Javier Tamarit-

On peut donc dire que le PECS est un système de communication alternatif et amélioré qui est basé sur l’échange d’images ou de pictogrammes.

Les phases du système PECS

Afin de mettre en œuvre le système PECS avec les enfants qui présentent des altérations ou des difficultés dans le développement du langage et de la communication, il est nécessaire de suivre différentes phases :

  1. Première phase : échange physique. L’enfant apprend à remettre l’image de l’élément (objets ou activités) qu’il souhaite obtenir à un destinataire (enseignant, membre de la famille, thérapeute, etc.), qui est chargé de répondre à la demande de l’enfant.
  2. Deuxième phase : spontanéité accrue. L’enfant apprend à généraliser cette nouvelle compétence en l’utilisant dans différents contextes, avec différentes personnes et sur différentes distances.
  3. Troisième phase : discrimination de l’image. L’enfant apprend à sélectionner, parmi un ensemble d’images, celle dont il a besoin pour faire la demande.
  4. Quatrième phase : structuration de la phrase. L’enfant apprend à construire des phrases ou des expressions à plusieurs mots en choisissant le pictogramme « Je veux » et en ajoutant, après elle, l’image de l’élément souhaité. Peu à peu, l’enfant développe la capacité de faire des constructions plus élaborées, en utilisant des verbes, des adjectifs et des prépositions.
  5. Cinquième phase : les demandes en réponse. L’enfant apprend à répondre à des questions comme : « Que voulez-vous ? » « Que voulez-vous ? » « De quoi avez-vous besoin ?etc., en utilisant divers pictogrammes.
  6. Sixième phase : réponses et commentaires spontanés. L’enfant apprend à construire, à l’aide d’images, de phrases et d’expressions commençant par un verbe, des réponses à des questions plus complexes, telles que « Qu’est-ce que tu vois, qu’est-ce que tu entends, qu’est-ce que tu ressens ?etc.Pictogrammes de jeux et de jouets.

Ainsi, l’enfant acquiert certains apprentissages de manière progressive jusqu’à ce qu’il soit capable de communiquer naturellement par l’échange de pictogrammes.

Avantages du système de communication par échange d’images

La communication est fondamentale dans nos vies. Voilà pourquoi, Il est important que tous les enfants développent cette capacité, même lorsqu’ils ont des problèmes d’utilisation et de production du langage. Dans ces cas, il est nécessaire de favoriser l’émergence d’un langage fonctionnel, spontané et généralisable, en utilisant des méthodes alternatives, telles que le PECS.

L’utilisation de ce système est une bonne option car est simple et facile à apprendre par rapport aux autres. De même, il convient de noter que le PECS, en plus de servir à promouvoir l’acte de communication, permet

  • Augmenter le vocabulaire et les capacités d’expression.
  • Améliorer les compétences et les capacités de communication sociale (attention conjointe, demande, initiation et jeu coopératif).
  • S’adapter aux besoins de l’émetteur.
  • Réduire les problèmes de comportement et la frustration.
  • Augmenter la possibilité de verbalisation des mots.