Pourquoi une grand-mère maternelle est-elle si importante pour un enfant

[ad_1]

Il existe un lien particulier entre la grand-mère maternelle et ses petits-enfants, mais personne n’est surpris. Cette image est très importante dans la vie d’un enfant pour plusieurs raisonsil ne s’agit pas seulement de l’aspect Ă©motionnel. Beaucoup de personnes n’ont pas de lien de parentĂ© avec leurs grands-parents, ne vivent pas avec eux ou les connaissent Ă  peine. Pourtant, ils sont liĂ©s pour la vie.

Le rĂ´le de la grand-mère maternelle est particulier, elle est « accusĂ©e » d’avoir la responsabilitĂ© directe des petits-enfants, plus que l’autre grand-mère. D’ailleurs, son influence s’Ă©tend Ă  travers les gĂ©nĂ©rations, en raison des valeurs et de l’apprentissage qui nous viennent d’elle.

Elle est Ă©galement très importante d’un point de vue gĂ©nĂ©tique. Cette femme est vraiment une double mère, surtout si sa progĂ©niture est de sexe fĂ©minin. La femme est nĂ©e avec ses ovules dĂ©jĂ  dĂ©veloppĂ©s, c’est-Ă -dire que ses Ă©ventuels petits-enfants Ă©taient aussi en elle. La science pourrait-elle expliquer le lien que nous avons avec notre grand-mère maternelle ? Ou est-ce simplement une question sensible et moraliste ?

Comment la science explique-t-elle l’importance de la grand-mère maternelle ?

Selon la thĂ©orie d’Alejandro Jodorowsky, un essayiste chilien ; quelle que soit l’affinitĂ© ou les souvenirs d’enfance que vous avez de votre grand-mère maternelle, vous ĂŞtes liĂ© Ă  elle par les gènes. Selon cette approche, nous devons examiner attentivement comment un enfant a Ă©tĂ© influencĂ©.

Il semble que la charge gĂ©nĂ©tique qui est transmise de la mère Ă  l’enfant soit directement liĂ©e Ă  la grand-mère. De tous les grands-parents, c’est celui qui dĂ©tient la plus grande part de l’hĂ©ritage. En matière de gènes, les gĂ©nĂ©rations ne semblent pas se succĂ©der immĂ©diatement, mais se sauter les unes les autres. Par consĂ©quent, certains enfants peuvent avoir tendance Ă  ressembler davantage Ă  un grand-oncle ou Ă  un arrière-grand-père qu’Ă  leurs propres parents.

La ressemblance n’est peut-ĂŞtre pas forcĂ©ment physique, mais c’est certainement au niveau gĂ©nĂ©tique qu’elle a laissĂ© une marque. Parfois, cette empreinte est totalement perceptible, peut-ĂŞtre un grain de beautĂ©, vos yeux ou votre façon de marcher. Il y a aussi des marques internes, par exemple des caractĂ©ristiques des os, des muscles ou peut-ĂŞtre une maladie quelconque.

Bien entendu, certains aspects ne sont pas liĂ©s Ă  la sĂ©lection. Ce n’est pas que notre fils se soit consacrĂ© aux mĂŞmes tâches que celles qu’il a apprises de sa grand-mère maternelle, c’est certainement quelque chose qu’il a hĂ©ritĂ© par le sang. Et oui, la science a une explication, dans ce cas les petits-enfants Ă©taient dĂ©jĂ  dans le ventre de leur grand-mère.

La formation du fĹ“tus dans le ventre de la mère reçoit beaucoup de matĂ©riel biologique de la mère. Bien que les deux parents aient 50% dans la formation de l’embryon, pour qu’il se dĂ©veloppe, il doit continuer Ă  ĂŞtre nourri par la mère. Je veux dire, quand l’implication du père est terminĂ©e, la mère continue d’agir.

Grand-mère maternelle dans le plein sens du terme

Si la grand-mère a participĂ© d’une manière ou d’une autre Ă  la formation de son petit-enfant selon l’ADN, alors ses traits peuvent ĂŞtre transfĂ©rĂ©s Ă  l’enfant. Cependant, Jodorowsky explique il n’y a pas que les caractĂ©ristiques physiques qui sont hĂ©ritĂ©es. Il semble que les expĂ©riences Ă©motionnelles de la grand-mère maternelle peuvent Ă©galement ĂŞtre hĂ©ritĂ©es.

L’ovocyte dont est issu votre enfant a la charge gĂ©nĂ©tique de votre mère. Tous vos enfants auront inĂ©vitablement le mĂŞme matĂ©riel gĂ©nĂ©tique. C’est pourquoi, d’une certaine manière, il existe des liens capables de traverser les dimensions.

Selon l’essayiste Jodorowsky, ces Ă©motions que la grand-mère a subies lorsqu’elle Ă©tait enceinte de sa fille, leur ont Ă©tĂ© transmises et peut-ĂŞtre Ă  ces futurs petits-enfants. Je veux dire, que l’influence Ă©motionnelle peut rester active dans l’ADNmĂŞme si une gĂ©nĂ©ration a dĂ©jĂ  passĂ©.

Comme nous le savons, l’information de l’ADN mitochondrial, c’est-Ă -dire celle qui provient de la mère, est plus grande au moment de la formation de l’embryon. Le sperme du père n’ayant pas ce genre d’informations, les grands-parents paternels n’interviennent pas davantage. MalgrĂ© cela, certaines Ă©tudes gĂ©nĂ©tiques estiment que les traits d’ADN du père sont beaucoup plus dominants par rapport Ă  l’hĂ©rĂ©ditĂ©.

De mĂŞme, d’un point de vue plutĂ´t sentimental, dans la plupart des cas, la grand-mère maternelle est beaucoup plus impliquĂ©e dans la grossesse, l’accouchement et l’Ă©ducation des enfants de leurs petits-enfants. L’importance de ce chiffre est incontestable pour la plupart des gens. Nous ne savons peut-ĂŞtre pas ce que nous avons hĂ©ritĂ© de nos grands-mères, mais leur prĂ©sence dans nos vies est très prĂ©cieuse Ă  tous points de vue.

Image principale avec l’aimable autorisation de pinterest.com

[ad_2]