Qu’est-ce que la pédagogie de l’altérité ?

La pédagogie de l’altérité, également connue sous le nom de pédagogie du « Nous – les autres », est un projet de formation basé sur des piliers fondamentaux tels que la démocratie, la justice et la solidarité. Cela, au niveau des pratiques éducatives, se traduit par la considération, la compréhension et la tolérance de l’autre. Et, avec elle, leurs circonstances historiques, culturelles et spatiales.

Les origines de la pédagogie de l’altérité

Cette tendance éducative trouve son origine dans la théorie de l’altérité, une perspective philosophique développée par Emmanuel Lévinas (1906)Philosophe et écrivain russe d’origine juive. Dans cette théorie, l’auteur soutient que l’éthique et la morale humaine n’ont aucun fondement dans le raisonnement intellectuel individuel, mais que leur source est l’autre.

Sur cette base, ce philosophe pose une asymétrie dans le lien et les relations interpersonnellesen donnant la prépondérance à l’autre sujet et à ses besoins.

Sur ces bases philosophiques, la pédagogie de l’altérité est un courant pédagogique qui vise à générer une relation plus équilibrée et plus égale entre l’enseignant et les étudiants au niveau des pratiques éducatives, favorisant ainsi une relation éthique entre l’éducateur et l’apprenant sous le principe de la reconnaissance, du respect, de la responsabilité et de l’acceptation de l’autre.

« La relation avec l’Autre m’interroge, me vide de moi-même et ne cesse de me vider, me découvrant ainsi toujours de nouvelles ressources ».

Emmanuel Lévinas-

Les piliers fondamentaux de la pédagogie de l’altérité

Bienvenue

Cela implique que l’éducateur doit considérer l’élève tel qu’il est et l’accepter avec son histoire. Elle doit respecter et comprendre leurs besoins, et mettre en valeur leur individualité et leur différence comme une forme de reconnaissance.

Responsabilité

Une situation d’acceptation de l’autre personne implique d’assumer conjointement une responsabilité envers cette autre personne et envers sa situation personnelle. En d’autres termes, le l’éducateur doit assumer la responsabilité des circonstances personnelles et contextuelles de ses élèves.

Dépendance

La prise de responsabilité de l’éducateur par rapport à l’autre sujet, l’élève, selon une pédagogie de l’altérité, suppose un certain degré de dépendance. Une dépendance basée sur l’amour, l’empathie et la solidarité avec la situation personnelle de chaque étudiant.

Transformation

Le lien qu’une pédagogie de l’altérité se propose de construire entre l’enseignant et ses élèves a un but transformateur. Dans ce sens, grâce à une relation étroite avec l’autre sujet, une transformation serait réaliséeC’est le cas tant pour les mêmes pratiques éducatives que pour les pratiques sociales, toutes deux fondées sur une construction démocratique du « nous ».Enseignante avec ses élèves parlant de la pédagogie de l'altérité.

La naissance dans la pédagogie de l’altérité

Une naissance est comparable au fondement sur lequel repose la pédagogie de l’altérité. Et le lien qui s’établit avec un nouveau-né sert d’exemple de ce que doit être le lien éducatif. C’est-à-dire, lorsqu’un enfant naît, il est accueilli, aimé, accepté, et les adultes créent avec lui un lien à partir duquel il construit son identité.

En ce sens, donc, et selon cette pédagogie, le lien entre le professeur et l’élève doit ressembler et être constitué par un lien basé sur le dialogue et la compréhension constante de la personne en face de nous.

Comme pour un nouveau-né, à l’intérieur de la classe, cette tendance prône une relation plus humaine entre l’éducateur et ses élèves. Par l’établissement d’un lien bidirectionnel différent du lien unidirectionnel établi par l’enseignement traditionnel. Cela implique également, dans une certaine mesure, une perte d’autorité de la part de l’enseignant, comme l’établit l’enseignement traditionnel.

L’altérité, comme capacité à être un autre 0 différent, qui favorise ce courant pédagogique promeut la rencontre et la connaissance entre l’élève et son professeur, et avec elle une responsabilité assumée par l’éducateur en fournissant les outils nécessaires pour qu’un enfant devienne un être social. La sociabilité s’est développée à partir de leur relation avec les autres et de l’intériorisation d’un « nous ».

Donc, en considérant une éducation basée sur le nous, la pédagogie de l’altérité est une pédagogie critique, réflexive, à forte connotation politique. Nous parlons donc d’une pédagogie qui tente d’affronter les situations d’injustice, en générant des pratiques de solidarité et de tolérance, et en donnant la parole aux exclus.