Sur-correction pour modifier le comportement des enfants

Éduquer un ĂŞtre humain est une tâche complexe qui exige beaucoup de patience. Ă€ l’occasion, Nous sommes dĂ©solĂ©s d’avoir tout essayĂ© pour rĂ©duire ces comportements indĂ©sirables chez les enfants, et rien ne semble fonctionner. Dans cet article, nous allons parler de la sur-correction, l’une des techniques les plus efficaces pour modifier un comportement.

Votre enfant joue avec la balle Ă  l’intĂ©rieur de la maison, frappe son frère, peint le mur ou lance les jouets. MĂŞme si vous lui avez demandĂ© mille fois de ne pas le faire, cela s’est produit Ă  nouveau. La frustration vous fera probablement perdre votre sang-froid et vous fera Ă©lever la voix. Vous le gronderez, lui crierez dessus, et aurez du mal Ă  le supporter, et ce comportement pourrait encore se reproduire.

Comment agir alors ? Nous devons fixer des limites, mais nous sommes fatigués de nous battre avec nos enfants. La surcorrection peut être un bon outil pédagogique si vous vous trouvez dans cette situation. Il vous aidera à éliminer les comportements négatifs tout en formant les comportements souhaitables.

La sur-correction : une technique opératoire

Le béhaviorisme est une branche de la psychologie qui étudie le comportement en fonction de ses conséquences. Ainsi, il est postulé que un comportement sera plus ou moins fréquent selon les conséquences qui en découlent. Si elles sont positives, il augmentera, tandis que si elles sont négatives, il diminuera. De cette façon, en modifiant les conséquences, nous pouvons provoquer des changements de comportement.

Il y a deux façons principales d’y parvenir : si nous voulons qu’un comportement apparaisse plus frĂ©quemment, nous utiliserons le renforcement. Au contraire, si nous voulons rĂ©duire ou Ă©liminer la prĂ©sence d’un comportement, nous utiliserons la punition.

La sur-correction est donc incluse dans les techniques de punition, puisque leur but est de réduire la fréquence des comportements indésirables. Cependant, Cette technique présente plusieurs avantages par rapport aux autres de sa catégorie :

  • Il s’agit d’une technique qui est inoffensive pour la santĂ© et l’intĂ©gritĂ© de l’enfant, tant sur le plan physique que psychologique. Aucun mal ne lui est fait ou un modèle d’agression lui est montrĂ© (comme dans le cas d’un châtiment physique).
  • Lorsque des techniques de punition sont utilisĂ©es, l’enfant peut gĂ©nĂ©rer du ressentiment et d’autres Ă©motions nĂ©gatives contre l’adulte qui l’impose. Dans ce cas, les chances que cela se produise sont minimes.
  • Enseigner Ă  l’enfant les comportements appropriĂ©sAinsi, tout en luttant contre les comportements dĂ©sagrĂ©ables, nous mettons en place une alternative positive.

Qu’est-ce que la surcorrection ?

Nous savons qu’il s’agit d’une technique opĂ©rationnelle visant Ă  modifier les comportements nĂ©gatifs, mais comment y parvenir ? C’est une question d’enfant adopter, de manière rĂ©pĂ©tĂ©e ou sur une longue pĂ©riode, un comportement appropriĂ© qui est directement liĂ© Ă  ce que nous souhaitons Ă©liminer. En outre, le petit doit le faire d’une manière qui en dĂ©pend.

Je veux dire, pour chaque comportement indĂ©sirable, nous devons en choisir un autre liĂ©, mais positif. Chaque fois que le premier apparaĂ®t, l’enfant doit effectuer le second plusieurs fois ou pendant une longue pĂ©riode. Il y a deux façons d’appliquer une sur-correction :Fille en train de peindre le mur du salon.

  • Surcorrection rĂ©paratriceL’utilisation d’un système d’impermĂ©abilisation : cela se traduit par des comportements qui ont un effet perturbateur ou destructeur sur l’environnement. Par exemple, si l’enfant a peint le tableau. Dans le cas prĂ©sent, est qu’elle rĂ©tablit les effets nĂ©gatifs de sa mauvaise conduite en laissant un espace encore meilleur qu’Ă  l’origine. Dans ce cas, nous vous demanderons de nettoyer la table que vous avez souillĂ©e ainsi que le reste du mobilier de la chambre.
  • Pratique positiveLorsque le comportement Ă  Ă©liminer ne produit aucune altĂ©ration dans l’environnement, nous utilisons cette mĂ©thode. Par exemple, si l’enfant laisse ses vĂŞtements sur le sol de la salle de bains. Pratique positive consiste en l’exĂ©cution par le nourrisson d’un comportement incompatible avec le premier plusieurs fois ou pendant plus longtemps que nĂ©cessaire. Ainsi, nous pourrions vous demander de vous entraĂ®ner Ă  prendre dix fois le comportement consistant Ă  ramasser des vĂŞtements sur le sol et Ă  les mettre dans le panier Ă  linge.

Des conséquences cohérentes

Comme on peut le voir, bien qu’il s’agisse d’une punition, l’Ă©lĂ©ment punitif n’est pas arbitraire, il est complètement liĂ© au comportement problĂ©matique. De cette façon, nous enseignons Ă  l’enfant par des consĂ©quences naturelles et non par des punitions non pertinentes.

Restaurer l’environnement ou adopter un comportement appropriĂ© a une plus grande valeur Ă©ducative que, par exemple, le punir sans regarder la tĂ©lĂ©vision. Pour cette raison, et en raison de sa grande efficacitĂ©, la sur-correction est une technique Ă  envisager.