Le danger d’envoyer trop de devoirs

Au stade de l’Ă©cole, de nombreux enfants devraient dĂ©couvrir combien il est important d’apprendre Ă  rĂ©soudre leurs problèmes et Ă  faire face aux difficultĂ©s de la vie quotidienne, d’essayer de ne pas abandonner et d’affronter leur vie avec optimisme. Cependant, de nombreux parents trouvent souvent que leurs enfants sont soumis Ă  une charge de travail excessive en raison des devoirs qui leur sont donnĂ©s Ă  l’Ă©cole, sous prĂ©texte que c’est la seule façon d’apprendre.

La charge excessive des devoirs que subissent de nombreux enfants peut dĂ©clencher des problèmes Ă©motionnels et des risques pour la santĂ©. Dr. Marisa Navarro, auteur du livre MĂ©decine Ă©motionnelle explique que la charge excessive des devoirs Ă  la maison Ă  laquelle sont soumis de nombreux enfants entraĂ®ne de nombreux dangers, y compris, dans le pire des cas, l’Ă©chec scolaire, qui peut Ă©galement conduire Ă  des maladies telles que la dĂ©pression, le manque d’estime de soi ou le refuge dans les distractions.

Mettre les enfants sous une telle pression les rend plus susceptibles de souffrir d’anxiĂ©tĂ© et d’ĂŞtre tristes et accablĂ©s. De nombreux enfants pensent qu’il est normal d’ĂŞtre Ă©puisĂ© lorsqu’ils sont soumis Ă  une forte pression, ce qui peut inconsciemment les transformer en adultes souffrant des mĂŞmes troubles.

Parfois, dans cet environnement, les enfants peuvent apprendre qu’il est normal d’abandonner tĂ´t. Vous voyez, quand on nous donne, Ă  nous les adultes, de nombreuses tâches, nous commençons gĂ©nĂ©ralement Ă  les hiĂ©rarchiser selon certains critères, et Ă  la fin il arrive presque toujours que sur dix tâches en attente, nous dĂ©cidions d’en faire huit et finalement nous finissons mĂŞme par en faire environ six.

Et envoyer les enfants faire trop d’exercice ou Ă©tudier trop de matières a le mĂŞme effet. Si on leur assigne de nombreux sujets pour l’examen, et si on leur a envoyĂ© de nombreux exercices de diffĂ©rentes matières, ils se concentreront sur ce qu’ils trouvent le plus intĂ©ressant, sur ce qu’ils aiment le plus, sur ce qu’ils font le plus vite ou sur ce pour quoi ils ont simplement le temps, en admettant comme d’habitude qu’ils ne peuvent pas tout rĂ©soudre, sans mĂŞme essayer.

De plus, cette pression peut les inviter Ă  faire les choses rapidement sans se demander s’ils ont raison ou tort.

Remplir votre enfant de devoirs peut le désorienter

school_tasks

La surcharge de devoirs, pour ceux qui n’ont pas le temps, leur donne envie de tout faire sans le moindre souci, c’est-Ă -dire sans se demander si la solution qu’ils ont trouvĂ©e pour rĂ©soudre la situation est bonne ou mauvaise.

IdĂ©alement, votre enfant devrait se sentir Ă  l’aise et apprendre Ă  dĂ©cider de la meilleure solution Ă  un problèmeCela vous aidera Ă  faire face Ă  votre avenir, car vous serez en mesure d’identifier la meilleure option pour terminer vos tâches de manière « rapide et efficace ».

Remplir l’agenda de votre enfant avec des devoirs peut Ă©galement l’aider Ă  accepter le fait que d’autres personnes vont rĂ©soudre ses problèmes, car bien souvent les parents, conscients de la lourde charge de travail de leurs enfants, dĂ©cident de les « aider » Ă  faire leurs devoirs.

Et ce n’est pas entièrement faux, mais il est important de veiller Ă  ce que les parents finissent toujours par faire leurs devoirs, pendant que leurs enfants jouent ou font d’autres choses, parce que de cette façon les enfants accepteront aussi bien l’idĂ©e que d’autres seront lĂ  pour rĂ©soudre les problèmes qui sont les leurs.

Le manque d’estime de soi, le sentiment, dès le plus jeune âge, de ne pas pouvoir rĂ©aliser tout ce qu’on lui assigne, peut donner Ă  l’enfant la triste conviction qu’il vaut moins que les autresLe facteur « non » est l’une des consĂ©quences nĂ©gatives de la surcharge de devoirs d’un enfant.

Les ĂŞtres humains sont très divers. Nous avons tous des aptitudes et des capacitĂ©s diffĂ©rentes, c’est une rĂ©alitĂ© que nous, les adultes, comprenons assez bien, mais un enfant qui ne parvient pas Ă  accomplir avec succès toutes les tâches qui lui sont assignĂ©es peut grandir avec l’idĂ©e que ses pairs sont capables de faire certaines choses qu’il n’est pas. Ce sentiment, ajoutĂ© au manque de dĂ©vouement nĂ©cessaire pour crĂ©er l’habitude de peaufiner les choses qu’il fait bien, est vraiment dangereux pour la relation de l’enfant avec lui-mĂŞme.

Recherchez un Ă©quilibre avec votre enfant

Il n’y a pas de règle magique qui confirme qu’Ă  certaines annĂ©es, certaines tâches doivent ĂŞtre effectuĂ©es. Elle dĂ©pend de nombreuses variables : maturitĂ© de l’enfant, connaissances, Ă©ducation des parents, environnement dans lequel il vit, s’il est enfant unique, cadet de plusieurs frères et sĹ“urs…

Outre les tâches qui sont imposĂ©es par l’Ă©cole, le Dr Marisa Navarro explique que, convaincus que nous voulons tous le meilleur pour nos enfants, nous devons tenir compte du fait que chaque enfant est, d’une certaine manière, diffĂ©rent et qu’il est important de s’arrĂŞter pour analyser comment est votre enfant et le motiver.

Peut-ĂŞtre est-ce la musique, ou le sport, ou les langues qui rendent un enfant heureux et qu’il ne trouve pas le goĂ»t pour une activitĂ© spĂ©cifique maintenant, et cela ne veut pas dire qu’il ne pourra pas le faire plus tard, quand il aura mĂ»ri ou le moment venu.

Il n’est jamais trop tard. Le plus important est que nous n’essayions pas de faire faire Ă  nos enfants des activitĂ©s que nous aurions aimĂ© faire dans notre enfanceLorsqu’il s’agit d’imposer des hobbies, ils prennent la valeur de devoirs, provoquant des phobies et des Ă©motions totalement contre-productives.