Comment éduquer à la non-violence

Malheureusement, la violence a été, et continue d’être, très présente dans toutes les sociétés humaines tout au long de l’histoire. Cependant, comme l’a dit un jour Edward James Olmos, l’éducation est le vaccin contre la violence. Cela dit, poursuivez votre lecture et découvrez comment éduquer les jeunes à la non-violence.

L’éducation à la paix pour l’éducation à la non-violence

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) définit l’éducation à la paix comme un processus de promotion des connaissances, des compétences, des attitudes et des valeurs nécessaires pour provoquer des changements de comportement qui permettront aux enfants, aux jeunes et aux adultes prévenir les conflits et la violence, résoudre pacifiquement les conflits et créer des conditions favorables à la paix.

Pour sa part, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) estime que pour éduquer les jeunes à la non-violence, il est essentiel de la formation à la coexistence démocratique et à l’inclusion éducative.

« Si nous n’enseignons pas la paix aux enfants, quelqu’un d’autre leur enseignera la violence. »

-Colman McCarthy-

L’inclusion éducative et la coexistence démocratique comme piliers d’une culture de la paix

En ce qui concerne l’inclusion éducative, l’UNESCO apprécie la diversité comme pilier d’une culture de la paix. Cela étant dit, comment l’éducation inclusive est-elle développée et structurée ?

Pour commencer, l’éducation inclusive doit viser à apprendre à vivre avec ce qui est différent. C’est un fait que nos sociétés, et donc nos écoles, ont changé, et la diversité est une réalité dans notre vie quotidienne. Face à cela, il faut savoir gérer cette diversité et éduquer les nouvelles générations à la richesse et au respect des différences.

« Éduquer à l’égalité et au respect, c’est éduquer contre la violence ».

-Benjamin Fanklin

D’autre part, nous devons savoir comment identifier et supprimer les obstacles que les étudiants en risque d’exclusion sociale doivent affronter, en recherchant la participation de tous.

En ce qui concerne la coexistence démocratique, l’Institut de recherche pour le développement de l’éducation (INIDE) de l’Université du Mexique comprend que, lorsqu’il s’agit d’éducation à la coexistence démocratique, une série d’éléments doivent entrer en jeu :

  • Participation. Selon l’INIDE, nous devons créer les conditions permettant aux enfants de connaître leurs droits, de les exercer et de les utiliser dans leur vie quotidienne.
  • Citoyen. Encourager les enfants à avoir un espace dans la société en tant que citoyens, c’est-à-dire à être des sujets actifs qui non seulement connaissent leurs droits, mais aussi assument leurs obligations ; être co-responsables dans la construction du bien commun pour créer une société démocratique.
  • Travail d’équipe. L’INIDE considère le travail d’équipe comme nécessaire, puisqu’il le définit comme la somme des efforts déployés pour atteindre un objectif commun. En d’autres termes, il s’agit d’une capacité qui implique l’établissement d’objectifs communs afin de parvenir à des accords, d’assumer des tâches orientées dans la même directionetc.
  • Autonomie. En d’autres termes, l’importance d’apprendre aux enfants à être autonomes grâce à des normes intériorisées, de leur donner un sens et une signification et, par conséquent, de leur faire comprendre que ces normes convenues contribuent à la régulation de la vie sociale.L'éducation à la non-violence est la clé.

Idées pour l’éducation à la non-violence

  • L’éducation émotionnelle. En d’autres termes, apprendre aux enfants à connaître et à comprendre leurs émotions est essentiel pour les aider à savoir comment gérer des émotions complexes telles que la colère. Le jeu de rôle et les activités d’écoute et de réponse sont quelques exemples qui apprennent aux jeunes à résoudre les problèmes sans recourir à la violence.
  • Éduquer dans le dialogue. L’enseignement aux enfants et aux adolescents de compétences en matière de résolution des conflits est essentiel dans l’éducation à la non-violence. En d’autres termes : leur apprendre que Le dialogue, la médiation et la négociation sont les seules armes qui mènent à la paix.
  • Favoriser la confiance. En montrant l’importance de la confiance mutuelle, il est plus facile de maintenir les lignes de communication ouvertes, ce qui est essentiel lorsque prévenir la violence.

En conclusion, nous devons savoir comment éduquer et conduire les jeunes vers une culture de paix et de non-violence par des stratégies de résolution des conflits, de gestion des émotions, d’autonomie et de participation, ainsi que leur enseigner la valeur d’une société sans violence ni conflit.